Street art Tahiti [art urbain dans Papeete et ailleurs]

Street-art-tahiti-papeete

La Polynésie a rajouté le Street Art à ses trésors. Histoire d’être encore plus parfaite ! En plus des fabuleux lagons, de la culture polynésienne et des plages de rêve, le Street Art embellit le cadre de Tahiti. Le festival de Street Art ONO’U ramène chaque année des artistes du monde entier, depuis sa création en 2014 à Papeete. Des couleurs, des motifs, des fresques géantes. Pendant plusieurs jours, Papeete devient la Mecque de l’art urbain. Découvre le Street Art de Papeete et Tahiti en images.

Créé par une jeune Tahitienne, le festival fédère des artistes locaux, européens, américains et océaniens. Il a depuis envahi d’autres îles de la Société : Moorea, Bora Bora et Raiatea. Sarah Roopinia a découvert le Street Art lors de ses voyages à Paris et Berlin et depuis, elle a lancé ce grand rendez-vous qui fait rayonner la Polynésie dans le monde de l’art. ONO’U signifie la “rencontre des couleurs”. 2 mots tahitiens réunis, ONO = joindre et U = couleurs.

STREET ART TAHITI : PAPEETE, LA CAPITALE

On commence avec la capitale de l‘île de Tahiti, Pape’ete. La ville est un musée à ciel ouvert. Papeete est remplie d’incroyables fresques plus belles les unes que les autres. Beaucoup d’artistes internationaux sont venus y laisser leurs pattes.

Le monde merveilleux d’Okuda

“Les 2 oiseaux” sur le centre Vaima à Papeete. L’espagnol Okuda l’avait faite pour l’ouverture du Musée du Street Art de Papeete en 2016, aujourd’hui fermé pour manque de financement malheureusement.

Autre fresque géante, “La femme aux fruits”, à Paofai Papeete réalisée pendant le festival ONO’U 2017. Okuda a réinterprété à sa manière le tableau de Gauguin “La femme au fruit”. Diplômé des beaux-arts, l’artiste s’immisce dans l’art local avec l’univers de Gauguin, réputé en Polynésie. Paul Gauguin, peintre impressionniste, a longtemps vécu dans le Pacifique et a réalisé une 100 aines d’œuvres et des gravures en bois. 3 ans à Tahiti de 1891 à 1893. Puis à Punaauia à 12 km de Papeete pendant 6 ans. Il meurt finalement d’une crise cardiaque à Hiva Oa dans l’archipel des Marquises. Un porte-parole de la beauté des îles.

Tu le retrouveras aussi sur le port d’Uturoa, la capitale de l’île Raiatea, avec sa fresque Pop Art.

Street-art-tahiti-femme-fruits

La Tahitienne rouge de Seth et HTJ

L’œuvre qui a été la plus appréciée au festival ONO’U de 2015, la Tahitienne rouge de Seth et HTJ. Fresque massive dans le centre-ville de Papeete.

Une jeune Tahitienne en paréo à motifs rouges, allongée sur un paréo de mêmes couleurs. Reprenant le style des anciens paréos polynésiens à hibiscus blancs sur fond rouge. La Tahitienne a été faite par 2 grands street artistes réputés.

Seth, ce globe painter aux nombreux talents qui parcourt le monde. Amoureux du voyage et d’art urbain, il est aussi journaliste pour “Les nouveaux explorateurs” de Canal +, de superbes reportages sur la découverte de pays du monde. Ici, il a collaboré avec HTJ Designs, un graphiste et designer polynésien, qui a réalisé les motifs d’arrière-plan, et d’autres jolies œuvres dans Papeete et aussi à Raiatea.

Derrière la lecture de la Tahitienne, il y a d’autres messages, presque invisibles si on ne fait pas attention. Tu les as vus ? Un champignon atomique près des genoux de la jeune fille et le symbole de la radioactivité sur son corps, témoins d’essais nucléaires sur le sol polynésien. Plus rien ? Regarde tout en haut de l’œuvre.. Un oeil, au sommet d’un triangle ou d’une pyramide, est le symbole de la suprématie dans la franc-maçonnerie. Plusieurs messages donc.
Merci à Tahiti Héritage pour ces détails qui nous avaient échappés en voyant l’œuvre.

La fresque est située rue Edouard Ahnne à Papeete.

Street-art-tahiti-vahine-pareo

Le portrait double d’une vahiné dans sa pirogue

Une belle Vahiné en paréo rouge et blanc, une tiare à l’oreille, la couronne de fleurs et ramant dans une pirogue décorée de motifs Polynésiens, sous un joli arc-en-ciel formé par une colombe. Est-elle vraiment si pacifiste cette fresque ? Connaissant l’artiste, l’interprétation ne peut être aussi simple. En regardant de plus près, on comprend que c’est la coque d’un navire derrière elle. Avec la proue sur le mur d’angle de la rue. L’arc en ciel renvoie en fait au “Rainbow Warrior”, vaisseau de l’Organisation Greenpeace venu protester contre les essais nucléaires dans les eaux polynésiennes en emmenant une flottille de yachts à ses côtés et coulé le 10 juillet 1985. Ce jour-là, Fernando Perreira, photographe hollandais d’origine portugaise, meurt noyé en tentant de sauver son matériel photo, après l’explosion du Rainbow Warrior à cause d’une bombe lancée par les services secrets français. Bel hommage et message de l’artiste Seth. Une de nos œuvres favorites du Street Art de Papeete.

L’œuvre de Seth est à côté du Jungle Bar en centre-ville. Œuvre réalisée en collab avec Rival.

Street-art-tahiti-seth

La perspective cubique d’Astro

Œuvre géométrique et carrément psychédélique avec effet de perspective. Ici, c’est l’artiste parisien Astro qui nous embarque dans ce cube massif en 3D.
Dans les années 2000, il commence avec le Graffiti et expose aujourd’hui ses œuvres en France, notamment au loft du 34 à St Germain dans Paris.

Le marché de robots sur la gare Maritime de Papeete

Performance plus originale ici. En fonction de la position où tu es, tu verras ou non les robots animés de Leon Keer sortir du bateau. L’œuvre tout en perspective et 3D est sur le 1er étage de l’escalier qui mène au quai des bateaux de Papeete. Artiste pop-surréaliste hollandais qu’on a découvert en montant un escalier. Le trompe l’œil en préparation dans cette vidéo.

Street-art-tahiti-leon-keer Street-art-tahiti-leonkeer

La fresque “Ia Mana Te Nunaa” par HTJ Designs

Cette fresque massive représente le visage d’un Tiki, la représentation humaine d’un dieu polynésien. Réalisée sur le bâtiment du Parti Politique de Polynésie “Ia Mana Te Nunaa”, qui signifie “le pouvoir au peuple”.

Street-art-tahiti-tiki

Le drapeau polynésien

Cette fresque massive est visible juste devant la place Jacques Chirac, au début des jardins de Paofai. Elle met en valeur le drapeau et les symboles de la culture polynésienne. Les 2 artistes locaux HTJ et Cronos sont à l’origine de cette œuvre géante. Cronos est plus connu pour sa marque de vêtements “cronos style” que son art. Il le définit d’ailleurs comme abstrait. HTJ, on le présente plus tard.

Street-art-tahiti-mur

Le portrait de Harehia par Findac

Autre vahiné, autre style. Ici plus contemporaine avec une robe moderne, mais avec des motifs polynésiens et un masque bleu de super-héros sur les yeux. Un oiseau de Tahiti dans chaque main.

L’interprétation est réalisée par FinDac, un street artiste irlandais. Il peint souvent des femmes de toutes cultures avec leurs costumes traditionnels et des couleurs vives. Son MUST, c’est l’élégance féminine, la beauté naturelle qui ressort de ses créations. Présenter la force de la femme, tout naturellement. Un bel univers qui embellit les murs de Tahiti.

L’œuvre a été réalisée en 2017.

Street-art-tahiti-oiseaux

Felipe Pantone avec éclats et couleurs

Le psychédélisme de Pantone ! Tout un imaginaire en graphisme, abstraction et folie. Felipe Pantone est espagnol et argentin, né à Buenos Aires, peut être une raison de la folie de son travail puisé dans l’antagonisme de ces 2 nations cousines et ennemies. Bref, on arrête là. Son génie nous embrouille déjà. Ses œuvres géantes sont exposées dans le monde entier. Pas encore pu en voir d’autres, mais bien content d’avoir découvert ce style.

Street-art-tahiti-géometrie

Les 3 artistes pour une vahiné

Une vahiné à genou portant une chemise étoilée sur fond rose. Création de 3 artistes de métropoles, Brok, Alex et Hopare réunis pour l’occasion du 1er festival international de Street Art Ono’u en 2014.

L’œuvre est située Avenue du Prince Hinoi à Papeete, proche de l’hôtel Tahiti Nui.

Le visage d’Herenui par Askew

La responsable du festival de Street Art Ono’u, a inspiré l’artiste néo-zélandais pour cette fresque. Avec une fleur de tiare et un châle en tissu à fleurs tahitien. Son inspiration pour l’œuvre est assez spéciale d’ailleurs. Mélange de “visions et de phénomènes étranges”. Askew raconte l’histoire du portrait d’Herenui dans l’article de Tahiti Héritage.
L’oeuvre est dans la photo en dessous, à droite de l’oeuvre d’Adnate.

Tu retrouves Askew à Raiatea avec un autre portrait, celui du navigateur Viliamu Tupaia.

Adnate a encore frappé

L’artiste australien Adnate est aussi présent à Tahiti avec ces visages. Ici, c’est une Chinoise Polynésienne de Papeete qu’il a croisé au marché et dont il a peint le portrait : Yeevone. Un beau portrait qui met en avant les traits particuliers de ce visage et la mixité sociale de l’île de Tahiti. On a découvert Adnate à Melbourne avec notamment son portrait du Dalai-Lama qu’il avait rencontré en 2016 en Inde. Fervent défenseur des peuples autochtones, l’Australien a créé une collecte de fonds indépendante pour soutenir ces communautés grâce à la vente de ces œuvres. Engagé et talentueux, on aime beaucoup.

Street-art-tahiti-centre-ville

La fresque polynésienne par Abuz, HTJ et Jops

Cette œuvre représente le visage d’un tiki avec des éléments symboliques de Polynésie : requins, tikis, tiares, paréos, moana, perle, tanés, va’a et vahinés. Toujours très coloré pour cette joie de vivre. Ce “mana” intérieur. L’artiste Abuz, qui a grandi à Moorea, a découvert le Street Art dans les rues de Paris. Il collabore ici avec HTJ et Jops, 2 artistes locaux. Et pour clore le suspens sur les initiales d’HTJ, sache qu’elles veulent dire Hell Ton Jonh, pas le chanteur, mais l’autre.

Street-art-tahiti-htj

Les animaux habillés en couleurs par Niko

Une flopée d’animaux touristes de passage en ville qui arrivent du monde entier via le bateau présent pas loin. L’Alligator représente l’Amérique avec le chapeau de l’équipe des Miami Dolphins sur la tête. Le Rhino chez Niko c’est obligado (obligé). Désolé, il fallait que ça rime. On retrouve son rhino du côté de Raiatea sur le port, au milieu d’un tas d’autres fresques.

Street-art-tahiti-animaux

La Vahiné de Vinie

Massive, élégante et colorée. Cette vahiné typiquement Vinie égaille joliment ce mur de la capitale. Toujours avec sa chevelure imposante et ici coiffée de tiares et de fleurs d’hibiscus. La Vahiné de Vinie a été faite par l’artiste en juin 2018, tout récent.

Street-art-tahiti-vini

Le visage d’une vierge par Inti Castro

“La Virgen, Made in France”. L’univers sud-américain de l’artiste Inti Castro, né à Santiago du Chili s’inspire du kusillo, un clown de carnaval avec des motifs boliviens. Le christianisme inspire aussi l’artiste pour ses larges œuvres murales. Résistance, questionnement sur la religion, couleurs andines et dénonciations sociales.

Street-art-tahiti-femme

Les visages de Kobra

Même Kobra a fait le déplacement à Tahiti. Grand nom du Street Art, l’artiste brésilien présente ici 2 vahinés avec la couronne de fleurs, les vêtements en pandanus (feuilles de palmier) et la peau en carreaux colorés symboliques de l’artiste. Tu retrouves ces œuvres à Londres, Paris ou son Einstein à vélo à Sao Paulo, sa ville natale qu’on a pu voir il y a quelques années.

À 2 pas du visage de la Chinoise Polynésienne d’Adnate.

Street-art-tahiti-visages

L’indien de Cranio

Tu as du voir cet indien quelque part. Ce personnage est l’emblème de l‘artiste brésilien Cranio.
Son message dénonce les inégalités sociales, la déforestation et l’exclusion dont sont victimes les peuples indiens d’Amazonie. Mais aussi les minorités dans le Monde.

Son indien bleu joue donc le porte parole de ces peuples et alerte les occidentaux sur les dangers de notre societe moderne.

On retrouve son indien en Europe, beaucoup au Brésil forcément mais aussi sur l’île de Raiatea et même à Bora Bora.

Street-art-tahiti-kranio

STREET ART TAHITI : TOUR DE L’ÎLE

Le tane et la vahiné de la plage de Taharu’u

Street-art-tahiti-taneStreet-art-tahiti-vahine

Pieuvre au chapeau de Flouz

Street-art-tahiti-pieuvre

Tané de Jops à Tautira

Jops nous offre ici un tané (homme) avec sa couronne de fleurs et son collier de fleurs. Proche du lagon. Un coin très calme et prisé par les locaux sur la côte Est de la presqu’île de Tahiti. Authentique et peu urbanisé, un endroit qu’on a bien aimé.

street-art-tahiti-jobs

Alors ce Street Art de Tahiti t’a plu ? La qualité des œuvres est bien là. Un très bon travail est fait chaque année pour attirer de beaux artistes porteurs de sens. Pour des rues vivantes, des messages forts et toujours plus d’art. Tu peux jeter un œil sur nos billets réservés au Street Art de l’île de Raiatea ou bien sur le street art à Bora Bora où le Festival a aussi laissé de belles œuvres.

Street-art-tahiti-perspectiveStreet-art-tahiti-lezardStreet-art-tahiti-baleine

On t’invite à découvrir les autres articles du blog sur la Polynésie Française.

Tu as aimé cet article ? N’hésite pas à donner tes impressions en commentaires et à le partager.

Bon voyage 😉

A&L

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

23 Partages
Partagez23
Tweetez
Partagez
Enregistrer

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience de navigation sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies Plus d’informations

Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérons que vous acceptez l'utilisation des cookies.

Fermer