Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Que faire au relais de Poingam au Nord de la Nouvelle Calédonie ?

alex-sentier-nouvelle-caledonie-relais-de-poingam

On t’emmène cette fois à l’extrême Nord de la Nouvelle Calédonie. Au Nord de Poum et au Sud de Bélep. Et plus exactement au relais de Poingam. À pas moins de 5 heures de route de la capitale Nouméa, se trouve cette terre isolée de tout. Une terre perdue idéale pour un séjour dépaysant en toute tranquillité. C’est également la terre des chevaux sauvages, des plages paradisiaques et des palmiers solitaires. Le temps semble s’y être arrêté et c’est là où réside son charme. Avec un tel cadre, tu te sens vite au bout du monde au relais de Poingam. Alors tu te demandes que faire au relais de Poingam ? On te donne des idées !

PERDS-TOI SUR UNE ROUTE DU BOUT DU MONDE

Une fois arrivés à Koumac, on fait le plein d’essence. La prochaine station se trouve après la baie de Néhoué, à Poum à 60 kilomètres plus au Nord. Et il y en a qu’une. Alors autant anticiper !

La route est petite et zigzaguante. La montagne est sèche et la forêt de Niaoulis aride. Personne à l’horizon, la sensation du bout du monde est proche. On sent qu’on s’approche du relais de Poingam. La terre rouge et ocre du Nord de la Nouvelle Calédonie nous fait penser au centre de l’Australie. Malgré un climat hostile, cinq tribus kanaks y sont installés.

voiture-nouvelle-caledonie-relais-de-poingam

Le village de Poum, situé en face de l’île de Mouac, est le dernier stop de l’extrême Nord de la Nouvelle Calédonie. Avant un tronçon de route non-goudronnée sur 6 kilomètres pour rejoindre le relais de Poingam. Une route bien pittoresque. Attention, en arrivant au gîte de Poingam de gros dos d’ânes ne sont pas annoncés et pas visibles. Ils ont été conçus car la route passe dans une tribu kanak. De toute façon, l’état de la route ne fera pas faire de folies.

Route-nouvelle-caledonie-relais-de-poingamRoute-non-goudronnée-nouvelle-caledonie-relais-de-poingam

DÉCOUVRE LE GÎTE DU RELAIS DE POINGAM

Ça y est. On arrive enfin à l’extrême Nord de la Grande Terre. Le relais de Poingam est un peu l’hôtel du bout du monde. Une sensation qu’on a déjà vécue sur la petite île de Maria Island en Tasmanie ou encore sur la plage de Peng de l’île de Lifou. On se demande comment ils ont pu construire un gîte chaleureux loin de tout. D’où vient cette idée un peu folle ?

plage-nouvelle-caledonie-relais-de-poingam

Et pourtant le relais de Poingam est aujourd’hui un incontournable lorsqu’on réalise un tour de la Grande Terre. Le gîte a été repris par un routard et aventurier français en 2000, Jean Broudissou. L’explorateur est arrivé en Nouvelle Calédonie dans le début des années 1970 par le dernier cargo ralliant Marseille à Nouméa. Original. Il a donc passé 30 ans à sillonner le Caillou avant de mouiller dans la bais de Poingam avec sa famille, où il y découvrit le gîte de Poingam alors fermé à ce moment-là. Sillonner est bien faible, puisqu’il a eu le temps de créer un hôtel à Lifou, de monter une société dans la pub, puis de reprendre l’auberge des Koghis. Le tout alterné de longues escapades sur les eaux de Nouvelle Calédonie. Le genre de parcours qu’on admire !

Le relais de Poingam dispose aujourd’hui d’emplacements de camping simples et de huit bungalows originaux face à un platier dans une ambiance conviviale. Il s’étend sur un parc de 80 hectares où les chevaux sauvages, les oiseaux et la flore se sentent bien. Pour te rendre au camping tu passeras devant plusieurs citronniers, il parait que Jean cherche à en faire une limonade maison. Dommage qu’on n’ait pas pu y goûter. Plusieurs balades débutant au gîte permettent de découvrir les marais salants de Kô, d’observer plusieurs groupes de chevaux, et d’avoir un point de vue sur l’île de Baaba et les îles de Bélep.

PRIX : 10 000 XPF (bungalow/nuit/2 pers) et 1 806 XPF (tente/nuit/2 pers)
WIFI : Disponible uniquement à l’accueil mais gratuit

camping-emplacement-nouvelle-caledonie-relais-de-poingam

OBSERVE LES CHEVAUX SAUVAGES DE POINGAM

Pour observer les chevaux sauvages de Poingam estimés à 400 individus, tu devras t’éloigner du gîte. Ces chevaux sauvages sont simplement des descendants de bêtes d’élevage laissées sur place après l’abandon de plusieurs propriétés dans les années 80. Ils vivent généralement en petit comité autour d’un étalon reproducteur. On choisit de faire la randonnée principale débutant juste derrière le parking, appelée aussi le Sentier Découverte de Poingam. Il permet de voir plusieurs points d’eau dont la mare aux anguilles, les marais salants de Kô, la distillerie d’huiles essentielles, de jolis panoramas et si tu as de la chance, des chevaux sauvages. Le sentier de randonnée est balisé et pédagogique. C’est ici qu’on a appris que les eucalyptus éloignaient les moustiques. On a fait la version “longue” du sentier en passant par la crête des Alizées, tu pourras aussi passer par la plage t’assurant de moins crapahuter. Compte entre 1h30 et 2 heures pour faire la boucle du sentier découverte de Poingam.

chevaux-sauvages-nouvelle-caledonie-relais-de-poingamlaura-chevaux-sauvages-nouvelle-caledonie-relais-de-poingam

Astuce pour observer des chevaux sauvages : rester attentif, ne pas faire de bruit, et être patient. Les trois fois où l’on a observé des groupes de chevaux sauvages, on n’était pas loin de points d’eau ou de petites mares et de la vallée des chevaux sauvages ou de la vallée du Diable.

DIFFICULTÉ DE LA RANDO : Facile avec une petite montée pentue  l TEMPS : 2h par la crête
CONSEIL : À réaliser avec chaussures fermées  l  ANIMAUX VUS : Chevaux sauvages et martin-pêcheurs
SIGNALISATION : Bonne  l  QUALITÉ DU CHEMIN : Sentier en terre

chevaux-proche-nouvelle-caledonie-relais-de-poingam

BAIGNE-TOI DANS LES MARAIS SALANTS DE KÔ

Au tour de la découverte des salines de Kô. Initialement, l’idée était de fournir en sel le relais de Poingam, voire les commerçants de la région et la boutique de souvenirs du gîte. Un sel artisanal et pur, loin de toute pollution. Aujourd’hui, l’entreprise produit 22 tonnes à l’année. Belle progression.

Avec un peu de chance ici aussi tu pourras faire un bain d’argile et parler avec les gérants des marais salants de Kô qui t’expliqueront leur activité. On est arrivés à l’heure de la sieste alors le bain d’argile sera pour un autre jour.

marais-salants-kô-nouvelle-caledonie-relais-de-poingamSalines-de-ko-nouvelle-caledonie-relais-de-poingam

CRAQUE POUR LES PRODUITS LOCAUX DU RELAIS DE POINGAM

À notre retour de la randonnée, on se dirige vers le restaurant du relais de Poingam où se trouve leur boutique de produits locaux. Miel de Poum délicieux, sel parfumé ou fleur de sel de Kô, huiles essentielles de Niaouli, bruyère et eucalyptus. Pas mal de beaux et surtout bons souvenirs. Dans la distillerie de Poingam, ils distillent 400 kilos d’huiles essentielles chaque année. À savoir que pour obtenir 1 kilo d’huile, il faut distiller 180 kilos de feuilles. Très réputés en Calédonie, on les retrouve en vente à Nouméa.

vue-ile-nouvelle-caledonie-relais-de-poingam

DÉGUSTE LES BONS PRODUITS DE LA TABLE D’HÔTE DE POINGAM

La table du relais de Poingam a très bonne réputation. Et c’est bien normal. En plus des marais salants de Kô, Jean cultive un vaste potager 100% bio et fournit 80% à 90% des besoins en plantes et en légumes du gîte. Du jardin à l’assiette, parfait. Tu retrouveras dans ton assiette du thym, de l’aneth, du persil, du basilic, de la ciboulette en passant par des patates douces, des carottes, des papayes vertes, des tomates cerises, des asperges ou des salades de son jardin. La table se fournit en poissons et fruits de mer auprès des pêcheurs locaux. Un combo idéal. Pense à réserver à l’avance car les assiettes sont comptées sur sa grande table en bois face à la piscine naturelle du gîte de Poingam.

PETIT-DÉJEUNER : sur demande avec boisson chaude, jus de fruit frais, pain, beurre et confitures maison (1300XPF/pers)
DÉJEUNER : à la carte avec un plat du jour
DÎNER : sur demande avec cocktail maison, entrée, plat, dessert, vin et infusion (4000XPF/pers)

îlot-de-baaba-nouvelle-caledonie-relais-de-poingamSentier-decouverte-nouvelle-caledonie-relais-de-poingam

Le relais de Poingam est réputé pour avoir énormément de moustiques. Mais rassure-toi, mis à part proche des eaux stagnantes on en a pas souffert du tout. Munis-toi quand même d’un anti-moustiques. Tu pourras également te rendre au Boat-Pass, là où s’achève la Grande Terre. Ou visiter la mine de Pilou. Un autre spot intéressant, entre le village de Poum et le relais de Poingam, c’est la plage de sable blanc de Nénon dans la baie de Bouana. Il paraît que c’est l’une des plus belles plages de la Grande Terre. D’autres idées de visites que nous n’avons pas réalisées lors de notre passage.

On espère que cet article sur le relais de Poingam te donnera envie de découvrir l’extrême Nord de la Nouvelle Calédonie. D’ailleurs, si tu es intéressé par les îles Loyauté et la Nouvelle Calédonie en général, tu pourras lire d’autres articles publiés sur le blog cette semaine. Retrouve pour le moment :

Tu as aimé cet article sur le relais de Poingam ? N’hésite pas à donner tes impressions en commentaires et à le partager.

Bon voyage,

A&L

Que faire au relais de Poingam au Nord de la Nouvelle Calédonie ?
18 4.9 votes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez88
Tweetez
Partagez
Enregistrer1
89 Partages

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience de navigation sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies Plus d’informations

Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérons que vous acceptez l'utilisation des cookies.

Fermer