Entre misère et mine d’argent : La silencieuse Potosi

Potosi

On nous a parlé d’une ville très connue en Bolivie, qui était le plus grand complexe industriel du monde au XVIe siècle, et une des plus belles du pays : Potosi. Donc on a voulu vérifier. Et on n’a pas été déçus. On te raconte notre visite !

Potosi est perchée à 4 070 mètres dans la solitude glacée des Andes. Située au Nord de Sucre, capitale bolivienne, c’est l’une des villes les plus hautes du monde. Le lieu offre une vue à couper le souffle… Au sens propre comme au figuré.

INFOS PRATIQUES | Pour visiter Potosi

Où dormir ? Dors dans l’Hostal Koala Den ou Eucalyptus. De très bonnes haltes pour se reposer après le Salar d’Uyuni. Deux établissements chaleureux et colorés avec une ambiance amicale. Douche chaude à toute heure et avec de la pression… c’est rare ici. Un vrai bonheur pour 10€ pour deux avec salle de bain privative.

Où manger ? En cherchant un restaurant un soir, on a découvert un bar rétro qui nous envoie directement dans les années 80. Avec un jukebox et un parquet en bois. Un autre temps ! Malheureusement, on ne se souvient plus du nom. Par contre on peut te conseiller le Café-Restaurant Potocchi. La nourriture est bonne, simple, authentique et généreuse. Plat + boisson pour 80 bolivianos donc 11 euros pour deux.

Quand partir ? Moyen : février à mai et août à novembre / Défavorable : juin à juillet et risque de pluie élevé en décembre et janvier

Potosi

Visiter l’histoire de Potosi

PotosiÀ l’époque des espagnols au 16èmesiècle, Potosi était le puits d’argent du Nouveau Monde. C’était la ville la plus peuplée de Bolivie grâce à son énorme réseau de mines creusées dans l’imposante montagne colorée qui surplombe la ville, le « Cerro Rico » ou la « La montagne riche », mais aussi nommée la « montagne qui mange les hommes ». Aujourd’hui, les mines sont presque épuisées, mais des milliers de boliviens continuent de les exploiter, dont des centaines d’enfants.

La ville est belle, c’est bien vrai. Le cœur de la ville surtout car autour c’est surtout des maisons sombres et précaires. À flanc de montagne avec plein de petites ruelles pavées. En se promenant, on trouve des petites places à l’espagnole avec une fontaine au milieu, des bancs et de belles céramiques sur les maisons. On a même vu des chiens portés des habits d’enfants. Atypique, paisible et très colorée!

PotosiPotosi

Visiter Potosi et ses mines vieilles de plus de 4 siècles 

PotosiPotosiComme on nous parlait tout le temps de ces mines, on a voulu les voir de plus près. C’est la principale attraction touristique locale. Ça fait réfléchir ! Il y a de gros risques d’effondrements car les galeries sont creusées sans discussion par les groupes de mineurs. Un vrai gruyère ! La montagne est même prête à s’effondrer en raison de l’activité minière abusive. On a appris que 3 mois avant notre arrivée, des touristes avaient été pris à partie dans une grève pour dénoncer les conditions de travail des mineurs. Elle n’a duré qu’un mois. Ouf !

Après avoir visité le marché, très mignon mais à l’odeur un peu spéciale, on a fait le tour d’une dizaine d’agences pour trouver une excursion dans les mines et on a choisi celle qui semblait la plus sûre pour un prix raisonnable ; Altiplano Tours (adresse : C. Ayacucho Nº19).

Première étape dans « le marché des mineurs » pour acheter des feuilles de coca, de l’alcool à 96°C, des sodas, et des bâtons de dynamite pour offrir aux mineurs. Ces « cadeaux » leurs permettent de « mieux vivre » leurs conditions de travail. Mais ce n’est peut-être pas la meilleure façon de les aider…

Deuxième étape, direction une maison quasi abandonnée en mini-bus pour s’habiller. C’est parti ! Munis de combinaisons, bottes et lampes frontales prêtées par l’agence, on allait se rendre compte de l’enfer de ce monde souterrain. On s’est alors dirigés vers l’entrée d’une galerie en suivant notre guide, ancien mineur reconverti. À l’intérieur, deux de ses anciens collègues installent des bâtons de dynamite au moment où on arrive près d’eux. On est tout de suite dans l’ambiance. On se met à l’écart dans un renfoncement pour éviter de recevoir des pierres. L’air est étouffant et difficile à respirer. À ce moment-là, on se demande ce qu’on fout là. Ça bouge de partout avec pas moins de 15 secousses qui durent en tout 3 minutes. On se lève enfin pour continuer la visite dans la galerie. Une échelle plantée dans la terre puis un passage dans de l’eau. L’avancée se fait à tâtons avec notre lampe frontale. On essaye de se diriger comme on peut. On se rend compte que les conditions de sécurité de notre visite sont identiques à celles des mineurs qui y travaillent. À savoir extrêmes ! On visite une mine en activité et pas un musée. À nos risques et périls. Notre groupe de 8 personnes s’étire dans la galerie et les derniers ralentissent à cause du manque d’air. Pour finir on s’est tous retrouvés dehors et bien contents de pouvoir respirer normalement. Visite « frissonnante » où l’on a découvert cet univers extrême des mines de Potosi!

Potosi

Aujourd’hui la renommée de ces mines a donné une expression que l’on utilise en espagnol : « vale un Potosi » en français « cela vaut un Potosi » qui correspond à notre expression « c’est le Pérou » pour dire d’un endroit qu’il est riche.

Et dans la langue Quechua, une des 36 reconnues dans le pays, la montagne s’appelle Huayena Potosí. Cela veut dire « tonnerre ou montagne qui explose». Comme pour montrer que si ces mines apportent la richesse, elles peuvent aussi se montrer très dangereuses… Car parfois, des guides restent coincés dans les mines avec des touristes à cause d’un éboulement.

Potosi

Bref, habillés en mineur, nous avons découvert les galeries où des milliers de boliviens travaillent et meurent pour un pauvre salaire. C’est finalement, le « tourisme de la misère ». Quelques heures de sensations fortes dans un monde où des gens perdent leur vie ? On leur a apporté un peu de bonheur avec les sodas et notre présence mais c’est du coup un cercle vicieux :s  On ne recommande donc pas cette visite.

Bon voyage 😉

A&L

PS : Pour plus d’infos sur la Santé et Sécurité en Bolivie, tu peux lire notre article sur les recommandations à suivre ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 Partages
Partagez12
Tweetez
Partagez
Enregistrer
+1

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience de navigation sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies Plus d’informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience de navigation sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies

Fermer